Logo des Travailleurs de rue de La Tuque

Encourager les travailleuses de rue de La Tuque

Dernière chance pour participer au tirage de la voiture

Publié le 22 décembre 2009


Demain, 23 décembre, aura lieu le tirage de l’AVEO 2009 à 19 heures aux Galeries La Tuque (1200 boulevard Ducharme). Donc, si vous souhaitez encourager (et rencontrer) l’organisme des Travailleurs de La Tuque inc., c’est le bon moment ! Pour ce faire, vous pouvez vous rendre sur place de 10 heures à 19 heures pour acheter votre ou vos billets au prix de 5 $ chacun ! Un petit geste qui fait la différence !

À quoi servira l’argent ?

J’ai été un an travailleur de milieu au café alternatif Le Vagabond qui appartient aux travailleurs de rue de La Tuque et j’ai été à mainte de me rendre compte de l’utilité de l’organisme. Les travailleuses de rue, Jessy et Marie-Claude, vont là où d’autres organismes ne vont pas et s’occupent très souvent des gens dans le besoin qui ont été abandonnés par d’autres services (avec Céline, la travailleuse de milieu).

Ce n’est pas du tout un métier facile, il faut être polyvalent parce que les interventions touchent à des problématiques tels que l’itinérance, la dépendance à l’alcool et aux drogues, le suicide, la violence conjugale, la détresse psychologique, les problèmes de santé mentale, la manipulation, le viol, la prostitution et j’en passe. Non, ce n’est pas du tout facile, il faut du courage, des connaissances et beaucoup d’amour.

En fait, le soir et l’été, tandis que la plupart des organismes sont fermés ou en vacances, l’équipe des travailleurs de rue est encore là, prête à de nouveaux défis. Elle fait plus que son possible pour être efficace et à l’écoute de son milieu, mais un facteur cause parfois un peu de stress : l’argent. Il y a tellement de gens dans le besoin et tellement de besoins qu’il est difficile d’être partout à la fois.

Avec plus d’argent, l’organisme pourrait par exemple faire davantage d’activités communautaires, engager un nouveau travailleur de rue pour couvrir davantage d’endroits et de territoires, et pourquoi pas, travailler sur un lieu qui offrirait un hébergement temporaire et sécuritaire pour les sans-abris. À La Tuque, nous avons les mêmes réalités qu’ailleurs, mais à plus petite échelle, donc la plupart des gens croient qu’il n’y a pas d’itinérance dans notre ville.

Et bien oui, il y en a !

Mais pour commencer, l’argent servira à maintenir l’équipe et ce qu’elle a bâti ces dernières années, c’est-à-dire une équipe soudée pleine d’amour et d’énergie, un café alternatif chaleureux haut en couleurs et en moments qui font du bien, de l’aide alimentaire durant l’été, des conférences intéressantes, des formations très utiles et enrichissantes pour un personnel encore plus compétent et un service d’intervention très attentif et humain. Un service constitué d’un personnel qui n’a pas peur d’aller sur le terrain.

Pour conclure, je dirais qu’en plus de donner au gâteau du pauvre, il ne faut pas oublier de donner à ceux et celles qui aident les gens dans le besoin à se sortir de la pauvreté en les outillant et en les soutenant. Alors, si vous avez un peu de temps le 23 décembre, n’hésitez pas à venir encourager l’organisme des travailleurs de rue qui seront aux Galeries latuquoises de 10 heures à 19 heures (19 heures étant, je rappelle, l’heure du tirage pour gagner la dite voiture neuve).

Merci beaucoup !

Dominic Fortin-Charland


Partager cet article

Formulaire de commentaire




(ne sera pas publié sur le site)












  

Retourner au haut de la page